vendredi 19 janvier 2024 Lecture partagée 16

Lecture partagée

Choisir un livre et en discuter ensemble, une fois par mois. S'enrichir d'un partage libre et spontané où chacun peut évoquer son ressenti.
Il y a 2 groupes de lecture de 10 participants au maximum.
Ces groupes se retrouvent une fois par mois salle du RAQUER le jeudi de 14 h 30 à 16 h 30
Ces ateliers sont gratuits.

A consulter les "Coups de Cœur" des adhérents du club pour les livres qu'ils ont lu. (Cliquez ici)

Armelle BOLZINGERAnimatrice groupe 1 :
Armelle BOLZINGER
armelle.bolzinger@gmail.com

 

 

 

Colette CADORET

Animatrice groupe 2 :
Colette CADORET
tel : 06 09 61 70 51
cadoret.colette@orange.fr

vendredi 19 janvier 2024 Lecture partagée 40

Livres lus

Saison 2023 - 2024

 

TITRE
AUTEUR
DATE
RÉSUMÉ 
AVIS DU GROUPE
Emmanuel Dongala
Déc 23

Une quinzaine de femmes africaines dont Méréana leur porte-parole, prennent conscience de leur exploitation.

Elles se révoltent, et exigent un meilleur prix pour le produit de leur très dur travail de casseuses de pierre sous payé. Elles découvrent la force collective, après une longue lutte solidaire et de multiples péripéties parfois tragi-comiques, parfois dramatiques avec les autorités et leurs représentants corrompus, et finissent par obtenir gain de cause.

Roman social humaniste et engagé, teinté d’humour mais aussi de réalisme qui décrit les rapports entre le peuple et le pouvoir, et aussi entre les individus dans un pays d’Afrique actuelle.

La forme narrative par un narrateur extérieur au récit, qui suit le personnage principal Méréana, a surpris ;

Les avis sont mitigés même si l’auteur offre un hommage aux femmes africaines, leur donne la parole, les faire vivre avec empathie.

L’histoire et le style n’ont pas vraiment convaincu la majorité du groupe qui lui attribue une note moyenne.

Milan Kundera

Nov 23

Recueil de sept nouvelles, décrivant avec cynisme les mécanismes de la relation amoureuse entre des personnages lambda, sans distinction de classe sociale, et répétant que l’amour est finalement le résultat de hasards et de malentendus.


L'auteur propose l'étude critique de cette construction ou déconstruction du rapport interhumain, un échantillonnage de cet art de la séduction et l'inventaire de ses composantes, le hasard de la rencontre, le rapport de force (manipulation, possession, ascendance, mépris, ignorance…), l'illusion par le mensonge ou la mauvaise interprétation, la lutte des sentiments, les besoins charnels…

Tout le groupe n’a pas lu ce livre. Un échange sera encore à venir entre autres avec celle qui nous la proposé.

Importance de le repositionner dans son contexte : la Bohême communiste entre 1959 et 1968 avec une vision de la femme et de sa place dans la société parfois jugée dérangeante.

Les nouvelles ne sont pas toutes perçues de la même façon certaines sont plus appréciées (comme les dernières).

 

Ecriture agréable mais le côté caustique et la trame de certaines nouvelles n’ont pas été appréciées malgré le style inimitable de cet auteur.

Jean-François Beauchemin
Nov 23

Ce livre sonde la vie ordinaire d’un narrateur écrivain et la relation infiniment tendre qui l’unit à son frère cadet souffrant.

Cet homme partage, depuis l'enfance, son quotidien et ses questionnements, sensibles et profonds, avec ce frère, diagnostiqué schizophrène .

Son texte a la forme d’une collection d’instantanés bouleversants, glanés entre les souvenirs et la quotidienneté.

Les courts chapitres qui composent Le roitelet se succèdent ainsi comme tout autant de méditations sur la vieillesse, la mort, l’enfance, les liens familiaux, l’esprit, le corps, des lignes d’une bouleversante beauté, certes, mais surtout des lignes qui consolent.

Les ¾ du groupe ont trouvé ce récit, contant une relation fraternelle, empreint de simplicité,  poignant, tendre, poétique, délicat, apaisant.

Un petit bijou de littérature, où l'auteur conte l'âme humaine d'une façon saisissante de beauté, entre tendresse, sollicitude, amour fraternel, intense, vivant.

2 lectrices n’ont pas ressenti le même enthousiasme à cette lecture « introspective »

 

Noté 4,5 /5

Noah Gordon
Eté 23

Ce roman d'aventures est l'histoire d'un homme enflammé d'une passion dévorante dès son jeune âge : vaincre la mort et la maladie, guérir.

Pour atteindre son but, il fuira la brutalité et l'ignorance de l'Angleterre du XIème siècle, traversera tout un continent pour arriver en Orient et suivre à Ispahan l’enseignement de la médecine la plus avancée de l’époque.

Les thèmes principaux développés tournent autour de l’histoire, l’éthique médicale, les religions, la culture juive.

La quasi-totalité du groupe a beaucoup apprécié ce roman historique : lecture d’été idéale

Certaines ont trouvé un peu de « longueur » en 1ère partie

Au-delà d’un style agréable mais sans prétention, chaque lectrice a mis en avant la diversité des sujets abordés qui nous a fait découvrir de multiples facettes du XIe siècle : médecine, conditions de voyage, réseau juif, guildes et corps de métiers, religions, techniques médicales 

Philippe SOLERS
Juin 23
L’auteur, personnage principal, nous promène dans le bordelais de son enfance, à Paris puis Venise.
Il nous livre ses réflexions sur la société, son évolution et une introspection sur ses difficultés à vivre dans un monde fermé d’où il tente de s’échapper par la littérature et sa recherche des plaisirs sexuels.
Considéré par certains comme un traité de philosophie, de voyage, de culture, des agréments de la vie.  
Seules 2 d’entre nous ont « réussi » à lire l’intégralité de l’ouvrage et tenté une explication et une critique circonstanciée.
Livre dérangeant, surprenant, déconcertant, par l’humour, l’auto dérision, ses fantasmes d’une existence rêvée ou réelle.
Les scènes de ses expériences sexuelles, comme son appréhension de la femme ont fait l’objet d’échanges car ce livre date de 1984 avec une vision de la femme qui en a interpellé certaines.
L’écriture est volontairement inégale, décousue, stylée ou télégraphique, pouvant être déstabilisante.
En conclusion, lecture « pas facile », avec un avis négatif quasi unanime
autre livre : le monde d’hier pourrait nous réconcilier avec cet auteur.
Belle Greene
Alexandra LAPIERRE
Mai 23 
L’incroyable et fascinante vie d’une afro-américaine (1879 – 1950) qui décida de vivre comme une femme blanche, qui déjoua la règle de « l’unique goutte de sang », cacha ses origines, sacrifia sa vie privée ainsi que celle de sa fratrie et devint, grande amatrice d’arts, directrice de la Morgan Library de New York pendant 43 ans et l’une de bibliothécaire les plus en vue de l’histoire américaine
Appréciation positive quasi unanime
Découverte du monde l’art, des grandes fortunes américaines. - Histoire aussi, d’un déchirement, d’une irrémédiable imposture
Narration fluide et vivante - Ecriture agréable qui transforme cette biographie richement documentée en roman passionnant
Nicolas MATHIEU
Mai 23
Le livre s’attache à établir le portait d’adultes quarantenaires des zones périurbaines de Lorraine des années 2010, qui se souviennent avec nostalgie, mélancolie et colère, de leur adolescence dans cette région sinistrée – Le titre fait référence à une chanson de M. Sardou beaucoup entendue dans les soirées dansantes 
Avis mitigés :
Certaines ont apprécié cette plongée dans la Lorraine des années 1970 et la description sociologique associée qui fait entendre la voix d’une France régionale, d’une classe ouvrière invisible dans la littérature contemporaine
D’autres ont buté sur le style, certaines scènes sexuelles un peu trop répétitives et trouvé un manque de rythme et d’histoire, un roman social qui en alourdit la lecture
Olivier NOREK
Avril 23
Roman policier noir où est abordé un sujet brûlant d'actualité : le parcours de migrants arrivant en France. La découverte d’un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies dans une jungle de Calais sans loi.
Récompensé par le prix du polar parisien, le prix de la ligue de l’imaginaire Cultura , prix du polar européen du Point, le grand prix des lectrices Elle
Celles qui l’ont lu, insistent sur le fait qu’il faut passer la dureté du début de l’histoire pour se retrouver saisi par un polar sensible et saisissant, ne pas fermer les yeux
Viola ARDONE
Avril 23
Martorana, un petit village de la Sicile des années 1960. À quinze ans, Oliva Denaro rêve de liberté.
Aussi, quand les conventions l’obligent à se soumettre au mariage, loi ancestrale, elle se rebelle et fait valoir son droit de choisir. Au risque d’en payer le prix fort.
Ce livre se rapproche de « l’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante, les conditions de vie de femme pauvres des années après guerre en Italie
L’histoire mêle fiction et histoire
Le groupe n’est pas tout à fait convaincu, certaines ont eu un peu de difficulté à « entrer » dans l’histoire.
Pas convaincu non plus par le style
Laurent GOUNELLE
Mars 23
Essai, réflexions d’un économiste sur la manipulation, la politique de la peur, le pouvoir des lobbies à travers une petite fiction
Une analyse sociétale qui renvoi à la période du COVID
L’écriture est simple mais si le but recherché est de nous faire réfléchir, il est atteint
Madeline MILLER
Mars 23
On accompagne Circé, figure de la mythologie grecque, divinité secondaire, aux modestes pouvoirs, qui deviendra une redoutable sorcièreVraie découverte de l’univers de l’Odyssée 
Avis très positif de celles qui l’ont lu et qui incitent à le lire
au-delà des 30 premières pages – il ne faut pas s’arrêter au sujet car ici le traitement est ludique – on est ensuite pris dans l’histoire
Philippe CLAUDEL
Mars 23
Récit poignant sur l’exil, l’amitié, la rencontre improbable entre deux accidentés de la vie sur fond de l’exil et du déracinement  en Asie
Appréciation unanimement positive - Petit livre touchant, poétique doux et délicat
Giuliano DA EMPLOLI
Fév 23
On l’appelait le « mage du Kremlin ». L’énigmatique Vadim Baranov devenu l’éminence grise de Poutine, dit le Tsar. Après sa démission du poste de conseiller politique, les légendes sur son compte se multiplient, sans que nul puisse démêler le faux du vrai. Jusqu’à ce que, une nuit, il confie son histoire au narrateur de ce livre…
Ce récit nous plonge au cœur du pouvoir russe
Grand prix du roman de l'Académie Française 2022
Livre écrit marquant et recommandé dans le contexte présent
Stefan ZWEIG
Fév 23
Au casino de Monte-Carlo, une veuve anglaise prend sous son aile un jeune homme perdu par la fièvre du jeu. Assumant le rôle de mère et d'amante, elle tente tout pour l'aider.
Avis unanime quant au style mais l’histoire en elle-même en a laissé certaines sur la réserve
Andreï KOURKOV
 Janv 23
Victor vit avec Mich son pingouin, 2 solitaires qui cohabitent tristement et feront des rencontres particulières – description de la société ukrainienne des années 90 post soviétiques, corruption, exécutions mafieuses, trafics d’organes … on s’interroge sur le rôle des personnages dans cet environnement
Appréciation unanimement positive – il faut se laisser porter par ce livre étrange et loufoque.
Echanges sur la compréhension de chacune à cette lecture
Marie Sabine ROGER
 Déc 22
À quarante-cinq ans, Germain mène une vie de brute paisible. Il fait la connaissance d’une vieille dame, grande lectrice et leur rencontre sous l'égide de la lecture bouscule doucement leur vie. Il découvrira peu à peu par les livres le monde qui l'entoure.
Unanimement apprécié quant au sujet qui rend hommage avec beaucoup d'humour et de tendresse au plaisir de la lecture.
Le style direct et « l’humour brut » ne font pas l’unanimité
Anne & Claire BERES
 Déc 22
Roman écrit par les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia, qui fut l’épouse du peintre français Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse.
Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Étival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Le livre est un voyage temporel au début d’un XXe siècle
Avis mitigés sur l’écriture entre réalité et fiction
Parfois maladroit voire excessif
Positif car découverte d’un monde artistique en marge de l’histoire
Patti SMITH
 Nov 22
Livre biographique qui retrace sa carrière et surtout son amitié et sa liaison avec R. Mapplethorpe, photographe. La vie de jeunes gens amoureux et surtout amoureux de l'art en pleine découverte d'eux-mêmes et de leurs limites - installés au Chelsea Hôtel de New-York où ils rencontrent Janis Joplin, Allen Ginsberg, Sam Shepard ou Tom Verlaine, et dont le seul mot d'ordre est la liberté.
Prix du livre rock 2010
Livre apprécié, rempli d’émotion et de tact
Découverte du monde interlope New-Yorkais des années 60/70
Andreï MAKINE
 Nov 22
Le testament français déroule l’enfance, et l’adolescence du narrateur, à travers les récits de sa grand-mère française, Charlotte en Russie …
Le prix Goncourt, le prix Goncourt des lycéens et le prix Médicis
Avis global mitigé et le ressenti émotionnel pas au rendez-vous pour toutes les lectrices du groupe
Belle écriture et belle narration
Difficile parfois de suivre la chronologie entre les différentes générations
Certaines y ont trouvé des longueurs dans les descriptions et les états d’âme
Karine TUIL
 Oct 22
L’auteur nous entraîne dans le quotidien d’une juge d'instruction antiterroristes, et d’une affaire à traiter en mai 2016 où elle doit se prononcer sur le sort d'un jeune homme suspecté d'avoir rejoint l'État islamique en Syrie. Dilemme professionnel et vie personnelle se mêlent entre raison et déraison, ses choix risquent de bouleverser sa vie et celle de son pays...
La vie et les difficultés du métier de juge bien disséquées On suit ses dilemmes dans l’exercice de son métier
Avis partagés sur une histoire parfois peu crédible
Andreï KOURKOV
 Oct 22
Dans un petit village abandonné de la « zone grise » coincée entre armées ukrainienne et séparatistes prorusses, vivent Sergueïtch apiculteur pacifiste et Pachka, ennemis d’enfance, obligés de se rapprocher malgré leurs avis divergents sur le conflit.
Prix Médicis étranger 2022
Appréciation unanimement positive sur l’histoire et le style La guerre à hauteur d’être humain
Roman triste et doux où on navigue entre tendresse, cruauté et tragédie
Andreï KOURKOV
 Oct 22
Dans un petit village abandonné de la « zone grise » coincée entre armées ukrainienne et séparatistes prorusses, vivent Sergueïtch apiculteur pacifiste et Pachka, ennemis d’enfance, obligés de se rapprocher malgré leurs avis divergents sur le conflit.
Prix Médicis étranger 2022
Appréciation unanimement positive sur l’histoire et le style La guerre à hauteur d’être humain
Roman triste et doux où on navigue entre tendresse, cruauté et tragédie
Antoine WAUTERS
 Eté 22
Sur fond de guerre en Syrie, un vieil homme revoit sa vie entière passée, ses enfants, sa femme folle amoureuse de poésie, la prison, sa soif de liberté
Lauréat du prix du livre Inter 2022
Belle écriture poétique en vers libres
Appréciation mitigée car style inhabituel pouvant s’avérer difficile, une narration décousue et l’insondable tristesse qui en ressort
Le club des incorrigibles optimistes Jean Michel GUENASSIA
Juin 22
Sur fond de guerre d'Algérie, le roman brosse un tableau de la France des années 1960. Il raconte en parallèle l'histoire de la famille d'un jeune Parisien de 12 ans et celle d'un groupe de réfugiés des pays de l'est qui se réunit dans l'arrière-salle d'un café et dont le jeune garçon découvre le passé souvent tragique (le Club des Incorrigibles Optimistes). L'action se déroule au Quartier latin entre 1959 et 1964 et met en scène une famille déchirée par la guerre d'Algérie sur fond de mésalliance et le groupe d'errants qui, outre la passion pour les échecs, partage le poids de remords et d'un secret qui s'éclaircit à la fin du récit.
Histoire dense (800 pages) amenant à de la confusion dans la compréhension de l’histoire pour certaines.
D’autres ont apprécié particulièrement cette plongée dans cette époque de la guerre d’Algérie
Le bal des folles Victoria MAS
Juin 22
Roman s’appuyant sur l’histoire vraie de l'enfer des femmes internées à la Pitié-Salpétrière au 19ème siècle et du "bal des folles" qui y était organisé.
Drame historique, inspiré de faits réels dans la France de 1885 : Eugénie, convaincue d'entendre et de voir les morts, est internée par sa famille dans la clinique dirigée par l'éminent professeur Charcot ; y sont accueillies les femmes diagnostiquées folles, atteintes de tout type de maladies physiques et mentales, voire déviant de la place faite aux femmes dans la société. Elles deviennent alors des « cobayes » de thérapeutes masculins.
Avis unanimement positif
roman très prenant comme le film éponyme sortie en 2021
S’adapter Clara DUPONT- MONOD
Avril 22
Récit puissant, inspiré de sa propre histoire, la naissance et la vie d'un enfant handicapé racontée par sa fratrie.
Récompensé par le prix Goncourt des lycéens 2021 et le prix Fémina
Thème qui aurait pu être difficile à aborder et à lire, mais qui ne l’est pas grâce à une écriture délicate et poétique
La romancière a réussi à restituer toute la sensualité de la nature, elle se met à la hauteur de l'enfant inadapté, et restitue bien la complexité des rapports humains au niveau de la cellule familiale

Rien ne s’oppose à la nuit

Delphine De VIGAN

Avril 22
Suite au suicide de sa mère, roman sur la vie de celle-ci écrit par sa fille sur sa bipolarité, ainsi que les bouleversants et drames familiaux associés.
Récompensé par le prix du roman Fnac, le prix Renaudot des lycéens, le prix France Télévisions (2011), le grand prix « roman » des lectrices de Elle (2012).
Histoire prenante mais les avis sont partagés liés au style de l’écrivaine et à la narration dans les temps présents et passés
Avis unanimement positif
Thème qui aurait pu être difficile à aborder et à lire, mais qui ne l’est pas grâce à une écriture délicate et poétique
La romancière a réussi à restituer toute la sensualité de la nature, elle se met à la hauteur de l'enfant inadapté, et restitue bien la complexité des rapports humains au niveau de la cellule familiale